Close

LES FACTEURS DE RISQUE

Le Risque Cardiovasculaire (RCV) est la probabilité que survienne une maladie ou un accident cardiovasculaire. Il est essentiel de l’évaluer afin de pouvoir agir sur les facteurs de risque et de le réduire.

LES FACTEURS DE RISQUE NON-MODIFIABLES

Âge

Le risque cardiovasculaire augmente nettement après 50 ans chez l’homme et après 60 ans chez la femme.

Sexe

Avant 50 ans, l’homme est nettement plus à risque que la femme.  Après la ménopause, le niveau de risque cardiovasculaire chez la femme atteint progressivement celui de l’homme.

Antécédents familiaux

Le risque cardiovasculaire augmente lorsqu’un accident cardiovasculaire est survenu à un âge précoce chez un parent proche (père, mère, frère, sœur). Les accidents considérés sont un infarctus ou une mort subite du père ou d’un frère avant 55 ans ou de la mère ou d’une sœur avant 65 ans et un accident vasculaire cérébral (AVC) d’un proche avant 45 ans.

LES FACTEURS DE RISQUE SUR LESQUELS ON PEUT AGIR

Tabac

Le risque de maladie coronarienne et notamment d’infarctus du myocarde et de mort subite chez le fumeur est multiplié par trois par rapport au non-fumeur. Ce risque est souvent ignoré ou méconnu. Le tabac favorise notamment la formation de la plaque d’athérome qui contribue à boucher les artères. Par ailleurs, l’association tabac + pillule augmente considérablement le risque cardiovasculaire.

Surpoids

Le surpoids augmente le risque cardiovasculaire. On parle de surpoids pour un indice de masse corporelle (IMC) supérieur 25,  d’obésité à partir d’un IMC de 30 et d’obésité morbide à partir d’un IMC de 40. La répartition des graisses corporelles est aussi un facteur important :  lorsque le tour de taille dépasse 88 cm chez la femme et 102 cm chez l’homme, on parle d’obésité abdominale.

Sédentarité

On considère qu’une personne qui pratique moins de 30 minutes d’activité physique par jour est sédentaire. Si vous êtes équipés d’un podomètre (bracelet connecté), ces 30 minutes d’activité physique correspondent à 10 000 pas quotidiens. Une activité physique régulière est indispensable pour réduire le risque cardiovasculaire.

Diabète

Les complications cardiaques sont plus graves et sont 2 à 3 fois plus fréquentes chez les patients diabétiques. Le diabète altère les petits et gros vaisseaux sanguins en formant des plaques de graisses (athéromes) sur leurs parois. Avec le temps, ces plaques peuvent se durcir, puis se casser ou former des caillots qui vont obstruer les artères. Il est essentiel de suivre son traitement afin de bien contrôler son diabète et de réduire au maximum les autres facteurs de risque cardiovasculaire modifiables.

Hypertension

L’hypertension artérielle se manifeste par une pression excessive sur la paroi des artères qui tend à l’endommager et à augmenter les dépôts de graisse. L’hypertension est aggravée par les autres facteurs de risque tels que le diabète, le surpoids, le manque d’exercice physique, le cholestérol et l’alcool. Elle se soigne en prenant un traitement et en améliorant son hygiène de vie. Il est essentiel de suivre son traitement scrupuleusement.

Cholestérol

On parle de « mauvais cholestérol  » (LDL) et de « bon cholestérol » (HDL). C’est l’excès de ce « mauvais cholestérol » qui est la source principale de formation des plaques d’athéromes (plaques graisseuses) sur les parois des artères. Avec le temps, ces plaques se durcissent, gênent la circulation du sang  et peuvent boucher les artères et provoquer un infarctus du myocarde ou un accident vasculaire cérébral (AVC). Le « bon cholestérol » (HDL) quant à lui tend à réduire le risque cardiovasculaire en éliminant le « mauvais cholestérol » en excès. Il est possible de diminuer son taux de « mauvais cholestérol » en améliorant son hygiène de vie (notamment à travers une alimentation saine et une activité physique régulière).

Alcool

La consommation excessive d’alcool (3 verres de vin par jour pour un homme, 2 verres par jour pour une femme) augmente le risque cardiovasculaire.